Pour commencer, cette vidéo réalisée par le collectif Amalur et Aldudarrak Bideo qui permet de découvrir notre manière de travailler sous l'angle de l'utilisation de la race ancienne Kriaxera :

canardsruisseau3-.jpg

Une race ancienne locale

La ferme EYHARTZEA est l'une des rares fermes qui élève encore le mulard Kriaxera, traditionnellement renommé pour la qualité de sa viande et la finesse de son foie gras, mais qui a le tort de pousser trop lentement et de couter trop cher à produire.

C'est à la fin des années 90 que nous nous y sommes intéressés car nous étions inquiet de l'évolution des souches sélectionnées par les industriels : des canards de moins en moins rustiques, ayant des comportements aberrants et incapables de valoriser l'alimentation extérieure dans les parcours.

Le mulard Kriaxera est un mulard, c'est à dire que comme le mulet il est issu du croisement de deux espèces différentes donnant des hybrides trés robustes, mais qui sont stériles : il faut donc recréer le croisement en permanence.

Le mulet est un croisement entre le cheval et l'âne : le mulard Kriaxera est un croisement entre la cane Kriaxera, canard commun local et un mâle Barbarie d'origine sud américaine.Ce croisement, encore largement pratiqué dans notre région il y a 40 ans, a été peu à peu abandonné au profit de la cane blanche "pékin", d'origine asiatique et qui a pour avantage de pondre beaucoup d'oeufs, donc de canetons et d'avoir une croissance rapide. La sélection a encore amplifié ces caractères, avec pour conséquence une quasi-disparition du mulard Kriaxera, trop coûteux à produire.

La famille Lataillade et canards

La famille Lataillade

Heureusement, il y a quelques années, une association de producteurs des Landes : TPL (Tradition des Pays Landais) a souhaité travailler à nouveau avec cette espèce locale, avec pour objectif d'obtenir à terme une AOC. Grâce au soutien du Conseil Général, un travail de collecte de rescapés, de sélection avec la société Option et d'accouvage fut mis en place. La ferme Eyhartzea a rejoint rapidement cette démarche.

Parallèlement, au Pays Basque, notre collègue Peio Iralour faisait part à son accouveur, la famille Lataillade, de son souhait de travailler avec cette souche. La famille Lataillade était l'un des derniers accouveurs à avoir abandonné sa souche "Kriaxera", réputée comme l'une des meilleures du pays. Ayant confié leurs derniers reproducteurs à une société censée faire un conservatoire des races locales, celle-ci avait en fait vendue sa collection à Taïwan.

Ils pensaient leur souche définitivement perdue, lorsque des retraités d'un village proche leur demandèrent s'ils seraient intéressés par la reprise de quelques couples de leur souche qu'ils avaient continué d'élever. Sautant sur l'occasion les Lataillade ont remonté leur troupeau et nous les avons alors rejoint, préférant leur souche à celle des Landes car elle nous semble plus pure et respectueuse des caractéristiques de la race.

Aujourd'hui les 2 démarches se rejoignent, l'accouveur landais ayant cessé son activité et confié aux Ets Lataillade le troupeau de reproducteurs.

De jeunes mâles Barbarie :

Des males Barbarie

Présentation du collectif Amalur :

amalur1

Sauvegarde des races anciennes du Pays Basque.

amalur2